La mort de Rudy Bennett (1) L'année 1969: JA Vichy

Publié le par Jean-Marie Tartane

         

   

                                                                       Par Pierre Frelat, Gorges de la  Canche (71)



Rudy Bennett, le grand joueur
qui a foulé le sol de France, à la fin des années 60's et au début des années 70's, est décédé le 16 octpbre 2008..
Bennett est mort et c'est toute la mase des basketteurs de ma généraion qui vient de prendre un coup de ride et de chagrin.
Rudy, O'Steen,  Bennett  (à gauche sous le maillot d'Antibes en 1970), était né le 29 juillet 1945,  à, Alma, en Georgie, évidemment, terre des artistes-basketteurs de génie. (Voire notre rubrique "Basket et Musique"), ce n'est pas Leroy Johnson, notre collaborateur qui nous contradira.
La Georgie est la terre des meilleurs basketteurs-musiciens-peintres  créatifs  d'Amérique ((Dominique Wilkins, Mahmout Abdul Rauf, alias Mark Jackson etc...)..                                                                                           
Notre collaborateur Leroy Johnson peut vous en parler.
Bennett, c'est comme cela que l'appelaient tout simplement, les gars de ma génération, a été le basketteur américain qui a plané sur notre enfance et  notre adolescence.
Bennett était tout simplement le basket-accompli fait homme.
C'était un plaisir que de le voir jouer et armer son fameux tir incontrable qui partait du bas de son corps le prolongeait sur le coté et se terminait inmanquablement vers le paner, suivant une courbe que l'on ne pouvait contrarier
Bennett avait non seulement une adresse indéreglable par les bras d'un défenseur humain, mais c'était aussi et surtout un battant que  la difficulté du challenge motivait, et qui ignorait le trac.
Non seulement, ce joueur exceptionnel brillait incessament sur le terrain, mais, et c'est la marque des grands, il rendait meilleurs ses coéquipiers qui, sans lui, redevenaient des joueurs ordinaires.
J A Vichy, la Jeanne d'Arc de Vichy, la grande J A V
C'est dans un grand club évidemment et à cete époque, seul un club aux dimmensions et surtout à l'ambition demesurée, pouvait s'offrir cet athlète exceptionnel que commença pour la saison 1968-1969 dans la belle équipe de la J A Vichy auquel la FFBB devrait consacrer un hommage perpétuel du genre plaque commemorative, dans la ville des cures thermales, au bord de l'Allier.
Vichy, que votre serviteur a connu durant sa vie de jeune basketteur, respirait le basket, vivait pour le basketball . Mêmes ses personnes agées étaient au rythme de la J A V et de se champions, qui les faisaient rêver;
Comme tout le monde.
Rudy Bennett faisait partie de la pléiade d'artistes qui donnaient vie et rythme à la Grosse Balle, à cette époque où l'on ne parvenait pas à former une équipe de minimes (15 ans); cadets (16 ans) ou juniors (18 ans), dans bien des collèges et lycées de France et de Navarre.

Rudy Bennett à la raquette...
En banlieue parisienne, on avait créé un slogan, lors des tirs des lancers francs:Bennett à la raquette...

La Jeanne d'Arc de Vichy  et son regretté président, monsieur Coursol, qui fut un des premiers avec le capitaine-manager de l'équipe, Paul Besson, (père se Jean-Philippe Besson), à faire confiance à ce grand joueur venu du fin fond de l'Amérique sudiste des années 60's: la Georgie.
Bennett  alors, commença à faire parler de lui.
A cette époque ancestrale, le basketball français, il faut l'avouer, en était encore à l'age de pierre, en ce qui concerne, le démarquage, toute la technique individuelle liée au  tir (notemment le tir en suspension), dont de nombreux joueus de l'élite, en France, ne maitrisaient pas les rudiments, .
Avec ses 2.02 m, une grande taille pour l'époque, pour un ailier ùarquer, positionné en infitration, , puisque seuls les pivots notemment français, approchaient (difficilement) cette taille, Bennet t, doté du tir précédemment décrit, faisait figure de joueur sur sa planète.
A l'écart et à l'abri de tous.
Votre serviteur avait 11 ans et le coeur plein d'ambition, même si le dénouement de notre besketball de l'élite, appelé à l'époque "nationale 1", démontrait les années difficiles qui allaient se présenter à lui.
Notemment la qualification pour les championnats dEurope et à fortiori, les Jeux Olympiques.
Que nous n verrons qu'en 1984, ax Jeux de Los Angeles.
Manque de mobilté et de variation du jeu, devant les grands et jeu collectif sommaire en attaque d'une défense de zone, et surtout face à une défense individuelle.
Bennett lui, maitrisait tout cela avec brio.
Ses partenaires pouvaient, il leur suffisait de savoir positionner des écrans, bénéficier des tirsi qui faisaient mouche à 70% et ainsi remporter des matchs que tout le monde jugeait perdus, avant-même leur début.

Parmi ces heureux partenaires de Bennett à la J A V, outre Paul Besson, le meneur, Jacquemot, sa doublure qui avec Paul Brousse et les jeunes prometteurs, allaient durant le début des anneés 70's,vivre le renouveau du basket hexagonal en laissant des traces dans le basket français, et en remportant des sélections en equipe de France, ou ditres de chamnpion de Rrance, avec notemment ASPO Tours et surtout l'ASVEL.
Saint Ange Vebobe puis Victor Boistol , et, Robert Chapuis, sont des jeunes qui ont poussé auprès de Bennett....



.















Photo de gauche, Rudy Bennett (n°14) en 1974, dans la belle équipe de l'ASVEL


Photo de droite, Bennett (2e à droite), au rebond, entre (de gauche à droite),  Bruno Recoura, Jachy Lamothe et le manceau LLoyd King, lors des mémorables Le Mans -ASVEL des années 74's.


Les mêmes, dessin de Pierre Frelat





Rudy Bennett-Larry Roberton, les deux font la paire :

Mais l'on ne peut pas évoquer le passage tonitruant de Rudy Bennett à la J A V, sans parler de son compère et compatriote: Larry Robetson, que notre collaborateur Pierre Frelat a bien connu, en tant que joueur, quand l'année suivante, Robertson quittera la grande J A V pour le petit club ambitieux de la côte d'Azur, l'ASPTT Nice..

Bennett et Robertson arbitreront le championnat de France durant l'année 1969-70 et connaitront les fruits d'une collaboration personnelle et collective,en disputant les premières places du championnat de France, à l'époque où les leaders se nommaient ASVEL-Villeurbanne, Alsace de Bagnolet, SCM Le Mans, et Antibes. Ils connatront surtout la finale de la Coupe des Coupes en 1969.70 devant les écrans de télévision, face au FIDES de Naples et son américain Miles Aiken, en provenance du Real de Madrid..
A l'issue d'un match où personne ne voulait  "lacher le morceau", la JAV perdra la partie, en dépit d'un match héroique de Bennett et Naples renportera sa première coupe européenne.
Fides de Naples deviendra Partenople de Naples, et enlèvera une autre coupe européene, quelques années plus
tard.
Cette année-là où la France avait faim des honneurs donnés par des places en finales de sport colectif, allait être un tournant pour les basketteurs de l'élite.
Un certainn regain de confiance finalement nécessaire, après les éliminations successives des clubs français de basketball de la Coupe d'Europe (Euroligue)

Le mois prochain, nous découvrirons la deuxième vie de Rudy bennett, en France. Chez les grands de l'Olympique d'AntibesL...Tout un programme.
Jean-Claude Bonato, Dan Rodriguez et surtout ses compatriotes Henty Fields et Dan Rodriguez

Au mois prochain
Jean-Marie
Copyright Legendedubasket janvier 2009.

La dépeche du journal d'Atlanta "the Atlanta News Sport":

BENNETT, Rudy
Rudy O'Steen Bennett, age 63 of Loganville, Georgia died Thursday, October 16, 2008. He was born July 29, 1945 in Alma, Georgia. The youngest of two children to Rudolph and Louise Bennett. Throughout his early life he lived in Waycross, Winston Salem, and Savannah. Rudy attended Wingate Junior College and then transferred to UGA. There he received his BA in Business in 1967. He was a member of Theta Chi. A week after graduation he married Nell Keibler. Their son was born on September 5, 1974. Rudy was a Mason and in the Scottish Rite. He became very active in Boy Scouts of America, Northeast Georgia Council. He also enjoyed participating in early American re-enactments. He worked for R.J. Reynolds Tobacco Company and Hava-Tampa, but spent most of his work years with The S. C. Department of Revenue from which he retired in the spring of 2006. He is survived by his wife, Nell Bennett, his mother, Louise Bennett, sister, Mirinda Davis, son Michael, daughter-in-law, Jennifer; and grandson,, Joshua Bennett. He is also survived by numerous nieces and nephews. The funeral service will be held 4:00 PM Sunday, October 19, 2008 in the Loganville Chapel of Tim Stewart Funeral Home with Reverend. Kelly Brisindine officiating. The family receive friends from 6-8 PM Saturday, October 18, 2008 at the Tim Stewart Funeral Home, 670 Tom Brewer Road, Loganville,Georga,30052. 770-466-1544. A second service will be held in Waycross, 2 PM Tuesday, October 21, 2008 at Music Funeral Home with visitation from 6-8 PM, Monday, October 20, 2008. Interment in Oakland Cemetery, Waycross. In lieu of flowers the family requests that contributions be made to BSA Northeast Georgia Council P.O. Box 399 Jefferson, GA. 30549 or Zoar United Methodist Church P.O. Box 390141, Snellville, Georgia, 30039. Please sign online guest registry at www.stewartfh.com 

Galerie de photos de Rudy Bennett
Photos L'Equipe Basket Magazine, avec leur aimable autorisation
 
























Bennet eu contre sur Art Kenney du SCM Le Mans.

                                                                                                          Bennett (n°14), au temps-mort auprès de André  Buffière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  La blessure de Bennett, le tournant de la saison 1974.75.

    
                                                                                                                        



A droite, Recoura, Lamothe, Bennett et King...endessin par Pierre Frelat
 








Larry Robertson, (à droite), de la JAV à l'ASPTT NIce, restera toujours le compère à Bennett













Photos de L'Equipe Basket Magazine, avec nos remerciements

Publié dans Adieu les Gars

Commenter cet article

John John 13/05/2009 01:55

Il n'est pas mort, je le vois tous les jours. Il travaille sur Geneve, a cote du cafe ou je travaille.
Desole de vous decevoir.