Adieu Red Ker

Publié le par Jean-Marie Tartane

    










johnny Kerr 5e à gauche
































La salle mythique de Syracuse

Johnny ("Red") Kerr
(76) Chicago Bulls' first head coach who won NBA Coach of the Year honors for leading the Bulls to the playoffs in the inaugural 1966-67 season. Kerr later spent more than 30 years as a broadcaster for the team. His death from prostate cancer was a double blow for the Bulls, after the death the same day of Norm Van Lier, one of the most popular players in Bulls history, in Chicago, Illinois on February 26, 2009
http://fr.wikipedia.org/wiki/Johnny_Kerr

Alors que sa première passion était le football, une croissance de 20 cm dans sa dernière année au lycée Tilden Technical l'a poussée à s'intéresser au basket-ball. Le pivot de 2m 07 mena son équipe au titre de champion de la 'Chicago Public League' en 1950. Après le lycée, il rejoignit l'Université de l'Illinois, où il inscrivit 1299 points durant ses trois années avec l'équipe. Le sommet de sa carrière à l'université fut atteint en 1952, quand il aida son équipe à acquérir le titre de la conférence Big Ten et à atteindre le Final Four NCAA.

En 1954, les Syracuse Nationals sélectionnèrent Kerr au sixième rang de la draft NBA. Lors de sa première saison en 1954-1955, Kerr inscrivit 10,5 points et 6,6 rebonds de moyenne et aida les Nationals à obtenir leur premier titre de champion NBA. Il fut élu All-Star à trois reprises (1956, 1959, 1963) avec les Nationals, malgré qu'il jouait dans l'ombre du futur Hall-of–Famer Dolph Schayes.

En 1963, les Nationals déménagèrent à Philadelphie, Pennsylvanie et devinrent les 76ers. Deux années plus tard, Kerr fut transféré aux Baltimore Bullets contre Wali Jones. Après avoir inscrit 11,0 points et 8,3 rebonds de moyenne durant la saison 1965-1966, Kerr fut choisi par les Chicago Bulls dans la draft d'expansion. Cependant, Kerr se retira volontairement pour devenir l'entraîneur de la nouvelle équipe créée dans sa ville natale. Il finit sa carrière avec un total respectable de 12480 points et 10092 rebonds, et il détint le record NBA du plus grand nombre de rencontres jouées consécutivement (844) jusqu'en 1983 quand il fut dépassé par Randy Smith.











Earl Lloyd, (photo ci dessus), le premier noir pro en NBA, commença aux Syracuse Nationals avec Johnny Kerr

Carrière d'entraîneur
[modifier]

Kerr mena les Bulls à un bilan de 33 victoires-48 défaites en 1966-1967 et devinrent la première équipe d'"expansion" à remporter un tour de play-offs lors de sa saison inaugurale. Pour cette performance, Kerr fut couronné du trophée de NBA Coach of the Year. Les Bulls terminèrent à un bilan de 29 victoires-53 défaites la saison suivante, avec un départ à 1 victoire-15 défaites les empêchant d'atteindre les play-offs une seconde année de suite. En conflit avec le propriétaire Dick Klein, Kerr dût quitter les Bulls lors de l'été 1968 et signa dans la foulée avec les Phoenix Suns, une autre équipe d'"expansio" à la recherche de son premier entraîneur. Malheureusement, les Suns terminèrent avec un bilan de 16 victoires-66 défaites lors de la saison 1968-1969, et après un début de saison 1969-1970 à 15 victoires-23 défaites, Kerr fut contraint de quitter l'équipe.

Carrière de commentateur [modifier]

Kerr resta au contact de la franchise des Suns pour le reste de la saison 1969-1970, travaillant en tant que commentateur avec Rod Hundley. Cet été-là, il accepta un poste dans l'administration dans l'équipe des Virginia Squires de l'American Basketball Association, mais il retourna au commentaire en 1974, devenant commentateur des Chicago Bulls. Kerr est toujours à ce poste depuis, conquérant les coeurs de milliers de fans des Bulls fans avec son auto-dérision.

Anecdote [modifier]

Durant la carrière de Michael Jordan aux Chicago Bulls, un rituel initié par Jordan était de frapper dans les mains à proximité de Kerr quand il était assis à la table des commentateurs. Si Jordan n'était pas présent lors de la rencontre, c'est Scottie Pippen qui perpétuait ce rituel.

Publié dans Adieu les Gars

Commenter cet article