Marques et couts

Publié le par Jean-Marie Tartane

Basketmarketing Juin 06

Marques et couts

L’empire des marques

 :dirige l’empire des sens

Nike, Reebok, Adidas, Puma, Converse,Mizumo....

La marque, le marque, nous semblons comme attirés inconsciemment par cette entité qui guide nos actes économiques (consommation, investissements, épargne) sinon nos désirs et nos goûts.

Aujourd’hui n’importe quel kid ou personne d’age mûr rencontré dans un magasin de sport »e dirigera vers le produit dont la marque lui est le plus familier ou recommandé.

La marque impose, notre porte-monnaie dispose…

Aujourd’hui depis déjà quelques temps, la marque est le vecteur d’achat numéro 1 dans bien des catégories de secteurs des biens de consommation  .

Ne vous avisez pas de proposer des biens sans marques comme les chaussures de sport, les vêtements de jeunes, ou les produits alimentaires pour jeunes…vous ne les vendriez pas !

Il n’y a pas que pour le

Il n’y a pas que pour le Yop que les jeunes sont prêts à sa bastonner…

Qu’elle soit ,marque-ombrelle, marque phare,: on en a le tournis, elle est dans notre monde réel et imaginaire, nous ne pouvons plus l’évincer ou la minimiser ;

Toute marque a un coût :

Pourtant aujourd’hui, les grands distributeurs (Carrefour, Monoprix, Auchan, Leclerc… ) dès le début des années 80’s commencé à travailler sur cet attribut que nous payons parce qu’il a un coût. , un surtout que le consommateur paye avec fierté car il le différencie du sans-marque, dont la valeur doit être moindre : Par obligation morale (c’est la marque-distributeur qui se doit d’être moins cher que les produits à marques.

Le consommateur attend de la marque qu’elle le différencie des autres consommateurs lambda, à cet égard la marque est bien une notion qui s’intègre dans les biens de statuts social comme les avait nommé Jacques Attali dans son livre : »la parole et l’outil ». .Mais aussi la marque doit être symbole de qualité, et solidité.. Bref elle doit à la fois séduire et rassurer

Le coût de sa création qui est le fruit d’investissements publicitaires, de rémunération du personnel (un directeur de marque ne travaille pas gratuitement) et bien souvent d’acquisition colossaux parfois.. Ben souvent, en effet, il a fallu acquérir cette marque dans son portefeuille de marques au prix d’une bataille financière .et même juridique

Rappelez-vous à, la fin des 80’s, le fanfaron Bernard Tapie affirmant lors de son achat d’Adidas, que c’était « l’affaire de sa vie ».

La marque se doit aussi d’être entretenue comme une belle limousine ou voiture de sport, de manière à ce que les années n’aient pas un effet négatif sur son image ;

Image…le maitre-mot est lancé

La valeur d’une marque est corrélative à celle de son image, c’est à dire de l’effet que son seul nom, évoque dans l’esprit du consommateur ;…des envies si ce n’est des besoins d’achats..

Et cela doit avoir une évaluation économique.

identité de marque 

La valeur de marque est composée dee plusieurs vecteurs dont le principal est l’identité de marque : la valeur de la signature dans l’inconscient du consommateur qui fait que les actes du dit consommateurs seront téléguidés comme pavloviens dès qu’il entend prononcer son nom..

Fruit d’années de travail en création de produits de qualité et de service-après vente.(les fameux 4 P du marketing Mix.)

Nous avons relevé quelques valeurs de marques-phares de produits appartenant à l’Univers des sportifs : an 1995 d’après Interbrand Financial World (1995), Coca valait 38 milliards de dollars, Marlboro 38,7, Kellogg(11, Gillette 9,6 et Levis 6,9 milliards de dollars ;

Bien souvent surtout en Amérique, la valeur d’une marque est supérieure à la valeur financière de l’entreprise qui la ;porte, c’est à dire celle du coût du capital (valeur des actions)…

C’est pas par hasard que la rémunération des directeurs marketing dépasse bien souvent celle des Directeurs Financiers dans certaines World Companies !

Valeur intrinsèque

Toujours dans certaine catégories de biens notamment dans les biens alimentaires, la valeur intrinsèque (valeur à la casse) du produit est négligeable. Le seul coût qui justifie son prix est la prix de la marque que le consommateur est prêt à payer. 

CQFD

Basketmarketing Juin 06

 :

Publié dans BasketMarketing

Commenter cet article