Les pionniers en NCAA, NBA et autres ligues de basketball (1)

Publié le par Jean-Marie Tartane













En route, pour la gloire: Wayne Hightower, le premier noir américain du Real de Madrid, ici avec Pedro Ferrandiz, le grand coach du Real, en 1961, vainqueur de 4 Copa de Europa.

********************************************************************************************************************
Quand on débute à l'école élementaire, on nous apprend qu'il y a toujours eu des personnes qui furent les premiers.
Les premiers hommes, l'homme de Cro Magnon les premieres femmes à avoir le baccalauréat, la première femme médecin , la première grande mathématicienne Sophie Germain, etc.etc...

Premiers à avoir posé leur pied sur la lune.  à avoir volé
Cliquez SVP pour découvrir une énome tube des années Chamberlain de Soul Brother Six "Some kind of wonderfull"

En matière de basketball, il y a eu évidemment des premiers ou des premières: les pionniers.qui ont  réussi à forcer le mur de quelques (trop) fermées institutions et certitudes.
En Amérique du début du 20e siècle, cela fut un gageure non-négligeable.
Dans cette étude que j'ai depuis longtemps envie d'écrire, nous allons découvrir quelles sont ces personnes qui ont bravé les courants contraires et mêmes porteurs en cette Amèrique des années 50's, 60's ou 70's.
Certains sont des hommes, d'autres sont des femmes, d'autres sont des joueurs de nationalité étrangère etc...

Mais tous aiment le basketball autant que vous et moi;
Certains se sont obstinés de jouer dans un pays, loin de chez eux et s'intégrer dans une culture qui n'est pas la leur.
La puissance attractive de l'Amérique en général et du basketnball en particulier, nous démontre que ce drôle de pays qui a inventé cet enfant, et qui vient de porter son premier noir, devanu naturellement, pasionné du Global Game, fils de pauvre et de père devenu alcoolique, est nè à l' étranger, porté à la présidence devant le monde entier, lui, pourtant généreusement donneur de leçons..
L'Amérique restera la nation qui , malgrè tout mènera le monde pendant encore longtemps.tant qu'elle disposera d'institutions aussi souplesset qu'elle peut bouleverser, quand l'heure est arrivée.
A défaut d'autres exemple contradictoires
Pour le meilleur et pour le pire.
Le Basketball, la Voie du Bonheur est à raison, une des facettes attirantes, à raison, de l'Amérique de Barack Obama d'aujourd'hui et de Georges Bush d'hier. .
Les petits étrangers qu'elle a intégrés et rendus riches , ici et aujourd'hui, Barack Obama, hier, avec Colin Powel, ,  et Akeem Olajuwon, nous démontrent  aussi et ainsi, que le Rêve Américain n'et pas une chimère et que nous , les petits français, fils de personne; nous avons aussi, notre match à jouer ...
de l'autre coté de l'Atlantique., à l'Ouest où tout est sans arrêt nouveau et perpétuel changement.
Finalement.
Pour le meilleur et pour la pire.


Cette première partie dera consacrée aux pionniers arrivés au milieu du siècle dernier.Le plus bel exemple, parmi bien d'autre est le pivot, Tom Meschery qui est venu de Mandchourie, à l'époque territoire de l'URSS.
Pour taper de la Grosse Balle et faire fortune.
Ce qu'il est parvenu à faire.
Le mois prochain je traiterai , bien que le sujet, en Amérique, soit aujourd'hui presque désuet, alors qu'il est encore préoccupant en Europe, des travailleurs du basket pro  de race noire.
Le mois suiant, ce sera les femmes qui retiendront notre attention, tant il est vrai que le championnaprofessionnel t féminin de basketball  est aujourd'hui frétillant et retse une valeur sûre du pays de l'Oncle Tom...Oncle sam, pardon.

L'arrivée des minorités ne fut pas une formalité dans le monde de la NCAA et plus tard, de la NBA
Melez vous de vos ognions semblaient dire messieurs les haineux en ces années 40's 50's  et  60's 

A l'époque, le basketball était un sport confidentiel de jeunes gens de très bonnes familles, qui appréciaient de se retrouver entre eux,  pour chasser leurs courbatures et éliminer leurs kilogs en trop.
Le basketball était surtout à cette époque, un sport, comme on dit  "sociologiquemen " rattaché" car pratiqué (golf, équitation, ...voire rugby), par les classes sociales supérieures, en bon sport créé dans les milieux bourgeois (au sens éthymologique du terme) de la Y M C A, Young Men Christian Association ) de Sppringfied (Massachussets) , en 1891.

Les YMCA sont les premiers patronages catholiques,  (protestants disent quelques autres historiens du basketball) crées pour divertir et occuper en activités bien rangées , les jeunes étudiants en mal de temps libre.
De plus en plus, le sport élitiste des débuts est devenu pratiqué par le peuple, notamment par l'arrivée de la grande crise de 1929, qui a vu des millions d'américains devenir pauvres et surtout, des gens des campagnes immigrer vers les villes, les  naissantes (buildingd)  et surtout en ce qui nous concerne, migrer vers les playgrounds, les terrains de jeux de ville (bétonnantes, comme New York (Harlem), Chicago, Philadelphie ou plus tard Los Angeles.
Ces villes de banlieues de grandes villes (suburbs) qui commençaient à pousser comme des champignons, ont naturellement accopagné l'arrivée d'une population aussi économiquement (devenu quelquefoiscdéfavorisée), que le niveau de vie qui s'effondrait:: les minorités et noirs..







Tom Meschery  (photo de dessous),  né en Mandchourie, est le premier étranger à avoir  joué en NBA, aux Seattle Supersonics



Black is beautifull
(slogan des Black Panthers
)

On emporte bien la misère à la semelle de ses souliers
(D'après Danton).






Bill Willougby  (photo en haut à  droite), fut le premier lycéen monté directement en pro, ...bien avant Kevin Garrnett (Celics de Boston), et autres Shawn Kemp.(Seattle Sonics)





Bill Garrett (récemment décédé), à gauche), est le premier noir de l'équipe de basketball des Hoosiers d'Indiana entrainé par Branch McCracken.
Notre collaborateur Leroy Johnson l'a bien connu et joué avec lui.
 (photo Indiana university)











C'est à ce stade socio-économique que les noirs et les premiers migrants du basket, ont posé leurs premiers souliers en Amérique des grandes villes (ghettos) en général et en NCAA puis NBA en particulier.
La National Bbasketball Association.a vu le jour au lendemain de la seconde guerre mondiale, par la fusion entre les deux plus grandes ligues, parmi le panier de crabes de ligues qui existaient, (surtout vivotaient), depuis le début de la grande dépression, la crise 29, étaient la NBL (National basketball League) et l'ABL (American basketball League).
Elles fusionneront après la 2e gurre mondiale pour donner La NBA.
La NBA est naturellement, un enfant du basket unuversitaire, des entrailles duquel il est sortie, puisqu'àl'époque, une règlementation stricte contraignait tout joeur postulant à la NBA'davoir effectué 4 années d'études à l'université ou college;
Naturellement, la crise économique de 1929, me^me si elle n'avait pas trop laissées de traces dans les communautés américaines, persistait par sa réminiscence sociale, la misère, dans les foyers des populations défavorisées, essentielement les milieux immigrés et à population noire.
En 1968,  la sortie des Jeux de Mexico, le commissionner de la NBA fit une première entorse au strict règlement et accepta de qualifier le premier joueur qui n'avait pas effectué ses 4 années d'études.
Il faut dire que ce n'était pas un joueur sorti de la cuisse de Jupier. C'était tout simplement l pivot de l'équipe olympique des USA, quiavait brillé sur les parquets mexicains au centre de la raquelle US;
Spencer haywwoodua.
A cette époque, les noirs présents dans les équipes, plus précisemment, ls cinq majeurs universitaires se comptaient sur les doigts d'auune main: il n'y en avait pas.
Garret, l'un des premiers noirs, arrivé (11954), bien avant l'entrée de Barack Obama (1982), au début des années 80's, à l'unversité d'Honokuku (Hawaî) fut un joueur de couleur des Hoosiers de l'université d'Indiana, que Leroy Johnson , notre collaborateur (en 1ere année), a bien onnu, pour la simple raison qu'ils ont joué ensemble pendant une année.





Le premier noir américain arrivé au Real de Madrid, fut l'étourdissant Wayne Hightower (1940.2002), voire Histoire des américains du Real de Madrid. dans ( Legendedubasket 2006) (photo ci contre)

Mais le premier noir à avoir joué au real est un cubain du nom de Freddy Borras.(ci dessous à droite)





Cliquez SVP pour écouter le grand Booker T Jnes dans Green Onions












                                                                                                          Feddy Borras























Bill Willogby,
le premier lycéen au niveau des pros de NBA, en..., avant Spencer Haywood




Alaa est un grand joueur et esprit:
le premier joueur de basketball NCAA, de haut niveau, originaire du Moyen Orient est un égyptien. Il s'appelle Alaa Abdelnaby  (cliquez SVP sur ce lien pour dcouvrir le parcours d'Abdelnaby). Il mesure 2.11m et était coaché par le grand coach Mike Krzyezwski dit Dr K (coach des USA aux JO de Pékin 2008), à l'Université de Duke, alors et encore le leader de la division A.C.C (Atllantic Coast Conference), l'une des plus terribles de la côte est des Etats-Unis. .
Abdelnaby était un des bons pivots des Tarr Heels de Duke,  et aurait pu^passer professionnel en NBA, avec ses géniaux coéquipiers Johnny Dawkins.ou Danny Ferry.
alaa était un excelent étudiant sérieux en sciences Politiques et aimait l'école énormément.
C'est la raison pour laquelle, il avait d'ailleurs été selectionné avec la crème des vrais intellos qui renforcent l'équipe de basketball de Duke. ben basketball universitaire NCAA



Né le 24 juin 1968 au Caire, la capitale égyptienne, avec es 2.11 et sa sagesse en défense Mr K aimait  plaçer Alaa (photo ci-dessus), au centre de sa défense, pour faire souffler et épauler Danny Ferry (2.11m), (à droite), le futur n°1 de la draft et vrai fils à papa comme tout Tar Heell qui se respecte, ne fut qu'une vedette universitaire comme bien des joueurs des années 80's et 90's..
Abdelnaby a joué à . Portland Blazers, Milwaukee Bucks, Sacramento Kings, Boston Celtics et  Philadelphie Sixers).
Une belle carrière de 10 ans tout de même.

Danny Ferry, le coéquuipier d'Abdelnaby, est , fils du commissioner de la NBA des années 60's. Numéro 1 de la draft en 1992. Il sera aussi, avec Steve Stipanovitch,  l'un des rares pivots de race blanche, premier de la draft  de la fin des années 80's.

Publié dans NBA Story

Commenter cet article