Biographie:"Où tu as mis le chocolat?"

Publié le par Jean-Marie Tartane

Juin 1972 : retour au pays natal :

La gestation en professeur d’Université américaine

Michigan States-East Lansing

Magic Johnson champion NCAA 1979 avec les Spartans de MSU

Michigan- Ann-Arbour

La thèse

La recherche de ses racines, l’éternel dilemme du oir américain

1981: Docteur Leroy Johnson, comment allez-vous?

 

 

retour au pays natal

Michigan States-East Lansing (1973-76)

A la rentrée 1973, Leroy Johnson rejoignit donc East Lansing équipé de la grande caisse en bois que mon frère lui avait fabriquée et sur laquelle je vis le futur Docteur Johnson inscrire en grandes lettre aidé d’un gros feutre noir: » The Michigan State University, ….East Lansing, Michigan USA

Le "Centre d’Etudes africaines et afro-américaines" est une référence dans le monde universitaire américain car c’est la plus importante unité d’étude universitaire sur ce thème aux USA.

C’est à un emploi de « lecturer » et surtout, en 1977,où il obtiendra le poste de- Co-Chairperson of Curriculum Committee. Department of Racial and Ethnic Studies, »le département des études ethniques et raciales », que commença donc Leroy Johnson lors de son retour au pays natal.

Pas mal pour un petit noir rejeté par le système universitaire américain de la fin des années 60’s, et qui quitta sa terre pour l’Europe avec 2 valises et 100 dollars pour bagages

En plus il atterrira au temple du basketball…récompense céleste

Michigan is black :

Ce n’est pas un hasard si Leroy Johnson atterrit et fut accueilli par l’état du Michigan , car c’était à l’époque un des premiers grands états des Etats-Unis à bientôt élire des noirs à la tête de leurs grandes villes.

Detroit, the black city

Detroit, aujourd’hui 950 000 habitants, sorte d’âme de l’Amérique noire, n’était pas seulement à cette époque (et maintenant encore), la mère des usines Ford et surtout de la black music, la Tamla Motown crée par les frères Gordy .

Detroit avait alors Roman Gribbs, un piètre maire de couleur blanche ; en 1974 ce sera Coleman Young (1918-97), un natif de l’Alabama qui sait donc ce que racisme veut dire, qui sera le maire d’une des 10 villes les plus peuplées du pays.

East Lansing, là où naquit Magic Johnson, aura aussi rapidement un maire de couleur;

Depuis Young, tous les maires de Detroit sont noirs. Jusqu’en 2001 c’était Dennis Archer, le brillant secrétaire général de l’Association des avocats américains. Il obtint son Bachelor (BA) à Western Michigan puis son Juris Doctor au Detroit College of Law en 1970.

Et depuis ,c’est Kwame Kilpatrick élu à 31 ans seulement, le plus jeune maire élu à Detroit, titulaire d’un BS en Qsciences politiques de Florida Agriculture et Mécanique (A and M), puis d’un Doctor Juris de la même école que Archer.

Noir c’est noir !

Quand en métropole y aura-t-il des maires de couleur ?

Michigan is basketball and Michigan State University is basketball :

Quand on évoque le nom de l’université de Michigan East Lansing à une personne ,fan de basket-ball américain, il vous dira qu’il a déjà entendu parler de cela : c’est en effet le nom de deux des plus belles équipes de l’histoire de la NCAA : les Spartans d’East Lansing, ont rarement mais fortement illustré l’histoire du basketball universitaire américain durant les années 60’s et surtout 70’s.

En 1965, les Wolverines de Michigan, l’autre université rivale, coachés par Gus Ganakas, avec comme figure de proue Cazzie Russel , qui fera une belle carrière en NBA, furent finalistes très honorables (80 à 91), devant la légendaire Université de Californie à Los Angeles (UCLA), emmenés par John Wooden .

Leroy Johnson obtiendra son Doctorat à Michigan-Ann Arbour d’ailleurs comme je le raconterais au chapitre suivant.

Et les basketteurs de Michigan feront à leur tour des malheurs en NCAA 12 ans plus tard en 1993,puisqu’ils obtiendront le titre avec quelques stars en devenir .

Je le raconterai aussi au chapitre suivant.

 

 

 

 

C’est en 1979 que les Spartans de l’Université de Michigan State au maillot vert, feront parler mondialement d’elle, car elle « enfanta » l’un des meilleurs playmakers del’histoire du basketball de la deuxième moitié du siècle (à parité avec Michael Jordan), c’était Earvin Johnson dit Magic.

Magic Johnson intègrera le campus d’East Lansing en 1977, et gagnera son titre NCAA en 1979 devant Indiana State survolée par Larry « rare » Bird lors d’un match épique où malheureusement Leroy ne sera pas de la fête car il était à l’autre bout des Etats-Unis, plus précisément en Floride , retenu pour une conférence.

Leroy Johnson connu Magic Johnson lors des séances d’entraînements, suffisamment pour dire qu’il était très sympathique et assez enjoué, participant assez généreusement à la bonne tenue des séances malgré son niveau exceptionnel et largement au dessus de ses coéquipiers.

Par contre il a bien connu le cadre et meneur d’hommes de haut niveau qu’est Jude Heathcote. C’est à lui que doivent revenir les louanges après Magic, car il a réussi à tenir faire Magic, (un meneur de 2,06m !) prendre une envergure incroyable au niveau de sa personnalité et donc de son jeu .

Une personnalité forte qui à 18 ans, avait déjà ses coéquipiers à ses pieds, et tournait à 45 points par match au lycée d’Everett (Michigan) ; devint star à 18 ans (son surnom de Magic provient d’un journaliste épaté lors d’un match de lycée, icône à 21 ans puisqu’il enchaîna titre NCAA et NBA (back to back), et qui, à 23 ans, en troisième année de NBA parvint à faire virer son coach Paul Westhead, alors âgé de 42 ans, pourtant. bardé de références dans le basket universitaire et professionnel .

Monsieur Magic n’appréciait pas les systèmes de jeux de Monsieur Paul . Ben voyons

Dans l’équipe de Magic vainqueurs du titre 1979, jouait aussi 2 futurs très honnêtes joueurs de NBA : Greg Kelser (2,01m-1957) qui jouera aux Detroit Pistons en compagnie de Bob Mc Adoo et Bob Lanier ainsi que Jay Vincent.(2,01-1959) ailier à Dallas Mavericks avec Mark Aguirre et Rolando Blackman. Tous furent des All Star.,

«Jude Heathcote était très bon et appréciable » me déclara Leroy Johnson le jour où nous abordions ce sujet

Bravo Jude.

********************************************************************************************************************************************************

 

L’oeuvre s’épaissit

Il est évident que la promotion du futur docteur Johnson dans le milieu universitaire américain lui permit de donner de l’ampleur à ses travaux de recherches sur l’histoiree et civilisation africaines et afro-américaines.’

 :

Commenter cet article