La Jamaique a toujours existé en athlétisme

Publié le par Jean-Marie Tartane

 

Jeudi 27 août 2008 11.30

La Jamaïque a toujours été une grande nation de l’athlétisme

Nos sommes en plein J O dePékin 2008, et depuis une semaine le monde médiatique et du sport, se trouve comme stupéfié devant les résultats prodigieux des champions-athlètes jamaïquains dans le domaine des courses à pieds.

cliquez sur ce lien SVP 
 pour découvir les athlètes jamaiquains couronnés aux Jeux Olympiques

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Champion_olympique_jama%C3%AFcain

L'athlète qui a le plus fait parler de lui est Usein Bolt, un gamin de 20 ans à peine, haut d'1,96 m, qui a fait trépasser toutes les fausses certitudes du sport qui en fait n’ont jamais existées: les noirs américains seraient les meilleurs coureurs du monde sur courtes distances.

En tant qu’historien du basket-ball, mais surtout du sport, ces comportements semblant amnésiques, me font bondir à mon tour;

La Jamaïque si ma mauvaise mémoire est encore malgrè tout fidèle, dans le domaine des J O, a toujours pour moi, c’est-à-dire depuis les J O de Munich 1972, qui sont les premier J O que j’ai suivi en tant que nouvel accro du sport télévisé que j’étais dorénavant une grande nation de l’athlétisme, avec des résultats et surtout des champions qui manifestaient concrètement, c’est-à-dire par des victoires, records du monde , ou du moins des excellents placements sur les podiums ou en finales des sprints et courtes distances (200m, 110 m haies, 400 m et 400 m haies).

Et plus tard sur les sauts…

Aux déjà cités J O de Munich, en companie des inévitable américains et coureurs des pays de l’Est (URSS-Russie, Allemagne de l‘Est-RDA, etc…), il me rappelle que le gagnant du 200 m ou finaliste sur le podium était tout simplement un jamaïcain du nom de Don Quarrie (photo ci dessus), dans la discipline du 100 m, un autre jamaïcain avait pointé déjà sa peau foncée, le bout de son nez épaté et de ses lèvres charnues.

En 110 m haies, d’autres jamaïquains dont les noms m’échappent, avaient aussi brillé en compagnie d’autres insulaires des petites ( dont je vais vous expliciter la liste) et surtout des grandes Antilles

comme Cuba et ses champions (Casanas, l'ennemi de Guy Drut à Montreal, plus tard Sottomayor,le sauteur …) .

Aux J O de Los Angeles 1984, la présence des belles jamaïcaines ne me fait  enfin pas, faux bond dans ma mémoire;

La lionne Grâce Jackson en 200 m 
cliquez sur ce lien pour mieux la connaitre, http://en.wikipedia.org/wiki/Grace_Jackson 

 et bien sur la bientôt médaille d’argent à Barcelone 92, Marlène Ottey, déjà championne du monde, dont le frère William s’intercala à 1.75m de taille, avec pas loin de 2.25m en hauteur, entre les américains pour contrarier les soviétiques…et cubains et pour se placer sur les podiums.

Les finales de relais nous démontraient que dans le domaine du sport, il n’y a pas de monopoles américain, soviétiques ou est-européens. Les jamaïquains et jamaïcaines ont toujours été présents en nombre, sur la ligne de départ des finales, avec à la clé des podiums qui positionnèrent la respectabilité de cette grande nation du sport dans l’échiquier mondial.

Dans ce marché atomistique mondial on devait aussi penser au grand Nigeria et quelques autres petites îles des petites- Antilles.

Petites Antilles:

Déjà émergentes dans des sports que l’on pensaient pratiqués au niveau géo-pratique par les blancs (ils disposent de revenus et d’un situation socioéconomique qui leur permettent de payer des cotisations pour s’inscrire dans des clubs de natation et autres sports moins démocratiques que l’athlétisme), certains sports comme  donc,la natation donc, descendent au niveau de cette population . La natation qui a placé un gars des petites îles ou petites Antilles ( Îles Vierges, St Kits Surinam…). Le champion olympique du monde de course à pied, etc.., vient des petites Antilles situées au sud des deux îles des grandes Antilles (Cuba République Dominicaine St Domingue, Haiti) ,Les petites Antilles quoique comme les brunes, elles ne comptent pas pour des prunes , en matière de course à pied, ont toujours été là et bien là, dans l'histoire de l'athlétisme mondial et olympique..

Le champion olympique et recordman du 200 m à Munich se nomme  Hasely Crawford (voir photo ci dessus avec Quarrie )et est citoyen de la Trinité.

Le médaillé d’argent du 200 m est nommé Abrahams, (le coureur à barbe), est aussi citoyen de Trinidad et Tobago .etc..etc…

 

Le recordman du monde du 400 m plat et dominateur durant 5 ans était Bert Cameron et citoyen jamaïcain

Ils se positionnèrent au firmament du sport, en s’intercalant avec d'autres compatriotes, à son tour entre les hurdlers américains, Willy Davenport (1968), Rod Milburn (1972), Renaldo Nehemia (19767), Edwin Moses (1976-1984), etc.. qui nous avaient habitués aux monopoles des grandes nations et leur soit-disant avantage concurrentiel sur les petites nations économiquement et démographiquement sous-développées.

La Jamaique est là et bien là….

 

Réveillez-vous!

Désormais et dorénavant, en fait, depuis…presque 40 ans , il faudra compter avec les petites îles comme la Jamaïque, pour parler d’athlétisme et maintenant, plus généralement, de sport mondial.

CQFD

Jean-Marie

 

Publié dans J O Pekin 2008

Commenter cet article